lundi 4 novembre 2019

C'EST ABSURDE (Boris, cesse de cracher).

On se fait tout un monde de la mort alors qu'en réalité il n'est pas, en toute vie, d'instant plus bref que celui du décès. Quelle que soit la pathologie ou l'arme du crime ainsi que le lieu du drame, cœur, cerveau, poumons, reins, foie ou pancréas, l'instant final et fatidique, celui également d'un éventuel passage, ne durera en dernier ressort qu'une fraction de seconde. Et n'oublions jamais que pour l'évoquer nous recourons au passé-composé (il est mort), signe d'une action définitivement close, et non à ce qui pourrait sembler être, en regardant vite par manque de temps, le temps présent (il est mort). La mort est donc très surfaite tout comme, au fond et sans jeu-de-mots, le sexe. C'est sans doute qu'elle jouit, tout comme le sexe, d'un excellent service de relations-publiques. Dans son cas, le marché de l'église catholique romaine, grand ordonnateur d'un culte de la mort ridicule et détestable, ainsi que ceux du funéraire, des transports et de la restauration, peut-être. Je ne sais pas trop. Ce que je sais en revanche, c'est qu'il est mille fois moins long, pénible et douloureux de mourir, sans aucun doute possible, que d'assister à l'enterrement d'un(e) autre. Attention, disant cela je ne prétends pas qu'il soit impossible d'assister au sien propre. Rien n'est moins sûr. Peut-être même y-a-t'il là quelque forme d'obligation. Mais c'est en tout cas pourquoi l'on me voit peu, et pourquoi l'on me verra moins encore tant que l'avenir n'appartiendra pas au passé, dans les cimetières. D'avance, je vous présente toutes mes excuses. Je suis sincèrement désolé (que nous ne vivions pas sur la même planète), tout en trouvant cela parfaitement rassurant (que nous ne vivions pas sur la même planète). Je vous assure qu'il n'y a là rigoureusement rien de personnel. Croyez-moi. 

Nous, celtes heureux et insouciants ne craignons ni la vie ni la mort et les accueillons toutes deux dans nos bras comme dans le cercle avec la même foi et une vigueur identique.


Note contemporaine : mélenchon, j'ai lu les dernières exactions que tu as commises en t'acharnant sur un incapable pour encore aggraver les choses et te servir d'œillères en place afin de tout occulter. Sache une chose, misérable insecte : tu peux partir en vacances. C'est fini. Je connais un peu ce pays : il y a ce qui s'y dit et puis il y a ce qui s'y pense. La taqîya n'est pas l'apanage de l'islamiste, pauvre imbécile : songe une seconde à la somme monumentale de toutes les ruses et stratagèmes, formes guerrières du mensonge, déployés par la Résistance. Et regarde-les EUX mais regarde-les BIEN, vois comme ils vivent, s'éduquent, comme ils parlent et se vêtent, et observe également comme ils marchent : AUCUN n'est seulement musulman car TOUS sont islamistes. À l'exception bien évidemment, ou pour être tout-à-fait raisonnable : peut-être, de quelques professeurs et chirurgiens. Rares. Extrêmement rares. Innaceptablement trop rares. Or toi, aujourd'hui et maintenant, à tous points-de-vue et particulièrement dans le cœur de tes frères de souche, toi, toi tu es un homme MORT.  


samedi 26 octobre 2019

Next : JAMAIS L'UN SANS L'AUTRE

...

C'EST L'HEURE OÙ LES
CAÏDS SE DEMANDENT
S'ILS ONT DE L'AVENIR
COMME CHEFS-DE-BANDE
C'EST L'HEURE OÙ LES
TROISIÈMES COUTEAUX
REGRETTENT D'AVOIR
TOURNÉ LE DOS
L'HEURE OÙ LES GANGS
REFONT LES COMPTES
LESTANT L'ERREUR
AVEC LA FONTE
L'HEURE OÙ CESSENT
TOUS LES PRÉAMBULES
OÙ S'UNISSENT
LE FEU ET LA GLACE
OÙ TU DÉFAIS
D'UN GESTE SÛR
L'ARMURE QUI ENCLÔT
MA CARCASSE

L'AMOUR EST
ÉTERNEL VAINQUEUR
MAIS IL NE L'EST
QUE DE GUERRE LAS

EST-CE QUE LE TEMPS S’ARRÊTE UN PEU
S’ÉTERNISE AU FOND DE TES YEUX
EST-CE QUE LE DÉCOMPTE SE TAIT
SOUS TON REGARD FAUCON-MALTAIS


vendredi 25 octobre 2019

J'VA VOUS DIRE [Archives INA - ENA - ONU - DCRI - AZERTY - Centre-de-Loisirs de La Plagne et Café-du-Coin-du-Port à Morgat]

'J'va vous dire : que des chiennasses avec la mort sur la tête et le code-civil dans la poche ne cessent de s'attaquer en bandes, à jamais moins de cinq individus comme des mains sur la gueule, à l'enseignant, au commerçant, au fonctionnaire dans le seul but dérisoire et lancinant de gratter du rabais, du goodie, du coupe-file et/ou du passe-droit en hurlant à la mort de la race et au secours des pompiers quand le bakchich n'est pas assez gras, c'est très concret mais fort heureusement cela ne m'effleure pas même le contrefort des testicules, voyez-vous, tout simplement parce THAT'S - NOT - MY - BIZ !!!... C'est le politiquement-racket (de tunis) : je ne suis pas habilité. Et puis perso, tant dans la sphère privée que dans un cadre plus professionnel (pas trop tout-de-même :=), je suis encore relativement peinard, on ne vient pas trop me faire chier au guichet. Vous savez, on dit macron boulot-boulot : FAUX. Mes marathons d'orateur, par exemple, eh bien c'est juste comme si vous, vous chantiez toute la matinée sous la douche et dans la cuisine : la musique n'est pas de vous, les paroles encore moins mais vous avez un sacré feeling et vous vous éclatez ! Ahahah ! Ahah ! Ah. Vous êtes intelligent : je suis certain que vous me comprenez.'

T'inquiète : 5/5 et sans rancune. Les salopes qui ne veulent pas se mouiller, 
quand on les ramasse en général ça dégouline.

dimanche 13 octobre 2019

Au goût du sourd

TOUCHE PAS À MON DÉLIRE
                                      TOUCHE PAS À MON DIKTAT
                                                                          TOUCHE PAS À MON SABBAT

     Pour la réhabilitation des sorcières de salem dans le coran, HIP-HIP-HIP !

MIEUX : faites comme les Beatles, Jagger & Mercury, CONVERTISSEZ-VOUS
EN DOLLARS
 

samedi 12 octobre 2019

" Le chien Tempest dans deux romans du Grand Nord canadien. "

" Louis-Frédéric Rouquette est surtout connu pour ses romans d’aventure dont certains se déroulent au Canada. Dans deux de ses romans qui traitent de la quête de l’or à la fin du XIXe siècle au Yukon et en Alaska, Rouquette met en scène un chien de traîneau: Tempest. Ce chien, pour des raisons évidentes, prend une dimension narrative et symbolique de premier ordre et devient le centre même de l’intrigue. Ce rôle de l’animal en littérature sera analysé pour tenter de comprendre et d’expliquer pourquoi un romancier comme Rouquette a pu dédier son livre à son chien. "  François-Xavier Eygun

" Sans franchir le seuil, connaître l'univers. "  Lao-Tseu 


jeudi 10 octobre 2019

Un BON ZESTE avant CASSAGE de RONDELLE : tout dans le citron !

La justice est en mal de complice(s), nous dit-on, en ce qui concerne l'affaire de la Préfecture de Police de Paris. Ne jamais cracher sur une prime, comme l'on disait dans l'Ouest, toujours dans l'œil du concurrent. Allez, y'a bon : j'balance. La tête non-pensante : l'obscurantisme. C'est le non-cerveau, le désorganisateur. La matière-grasse. Al-qaïda et daesh avec tous les cadavres puants d'auteurs d'attentats islamistes dézingués depuis 20 ans : les mentors, ceux-là qui l'ont déformé, le flic-terroriste, qui lui ont tout désappris, ceux qui lui ont donné la lâcheté, également, d'assassiner par surprise sans motif recevable ses semblables désarmés. Les maîtres à non-penser : dans les règnes animal, végétal et minéral, sont sans équivalent. Toutes les mères de famille assez connes pour s'enturbanner en 2020 sur sol français et tous les pères de famille chapeautant le tableau (un Delacroix:=) : les trois-millions-trois-cent-trente-trois-mille-trois-cent-trente-trois petits singes si précieux pour émuler, faciliter et couvrir un mauvais coup. Et parmi ceux-ci dans l'élaboration du grand-œuvre à venir, de nombreux complices futurs à des degrés divers, parfois en leur seul for intérieur, certains devenant de vrais fans, mais hélas pour d'autres, pas que. ISLAMOPHOBE, MOI. Parfaitement, et je vous emmerde. Royalement. Tout en bâfrant un couscous acheté pas cher à un esclave de quartier afin de vous en cracher moulte semoule dans la gueule à l'occasion d'un bégaiement subtil mais prononcé sur le son 'PH' comme dans ESPÈCE DE FAUX CUL. RACISTE ??!... Qu'est-ce que ça peut vous foutre, pauvre abruti. En quoi cela vous concerne-t'il, d'abord. Parfaitement : DE QUEL DROIT. Parfumez-vous l'anus par égard pour le tapis et laissez donc les questions graves aux grandes personnes.
Sur ce.

vendredi 4 octobre 2019

C'est promis : j'le f'rai plus

Parce que chaque fois, je dis bien CHAQUE FOIS que j'aborde le sujet du terrorisme dont je ne tiens habituellement glose pendant des mois consécutifs sinon, dieu merci :=))), durant des années entières, CRACK, BOUM, ça rate pas, dés le lendemain ça flingue. Là, 5 d'un coup avec un long couteau-céramique dont on veut nous faire croire qu'il n'était pas télécommandé. Et question portée symbolique, pardon : après y'a Macron, éventuellement, vu que Guy Lux n'est plus là. Des deux côtés, y'a d'l'abus : ici, c'est bon, ça va, ça s'écrit guerre avec un G, point-barre. Et là, moi-même en quelque sorte, qui chaque fois m'évertue malgré moi à faire sortir le loup du bois. J'm'en veux. Beaucoup. Mais c'est pas tous les jours dimanche, avec les super-pouvoirs : faut le savoir. Seul point positif : j'avais vu juste, le loup s'est fait renard. On ne le repère plus que mort en lui tâtant le poil. Revendiquer ne l'a jamais intéressé, de toute façon le paradis ne rembourse pas : laissez-passer en poche, il rejoint la cohorte des martyrs de l'ombre qui ont décroché le pompon-de-papa. Incendiaire, on ne le remarque même pas, jusqu'au jour où il fait dérailler un train, jusqu'à l'instant où je respire Ebola. Maudit soit Tom Clancy. Cache ta joie.

mercredi 2 octobre 2019

Mais je vous en prie, installez-vous : vous pouvez même passer la nuit, j'vous chanterai une berceuse.

La démocratie est pareille à l'immuable balance de la justice : elle établit, régule et maintient l'équilibre collectif. Le centre n'existe pas, un peu comme une lapalissade, au fond, n'exprime rien du tout : c'est le niveau 0 de la politique, le niveau de l'amer. À gauche comme à droite, en revanche, l'on tente de peser le plus lourd possible. L'anarchiste, lui, à moins que vous ne craigniez les paradoxes, tend à l'équilibre mais de manière autonome, à la force du poignet individuel, non via la maréchaussée collective. Beaucoup plus durable, mille équilibres individuels valant mille fois mieux qu'un équilibre collectif. La panacée : parvenir à équilibrer collectivement les équilibres respectifs. Or là, franchement, sans ouverture massive du troisième œil, je ne vois pas. À tout le moins, d'après l'énoncé des gros titres, disons que c'est mal parti.

" - Tu as un gros problème si tu ne connais pas ton créateur. ", me dit ce gars que je ne connais pas.
" - Je connais parfaitement mon créateur puisque je suis assis dessus. "
Ce n'est pas à lui que je réponds mais à la pierre qui supporte mon cul. Pourtant, loin de moi l'idée folle d'y bâtir une église.

Cette introduction n'ayant d'autre but que de grossièrement définir Driss : un anarchiste, comme vous, comme moi, comme le lapin qui court dans les bois.

DRISS, martyr survivant écorché-vif du massacre de CHARLIE-HEBDO, évoque à juste titre LES COLLABOS. Ce n'est qu'à sa très grande délicatesse que nous devons qu'il ne nous assène pas que la France est OCCUPÉE. Et c'est là toute la différence, mince il est vrai dans ce contexte précis, entre l'anarchiste et le fachoXXL : quand le premier s'évertue à rétablir un équilibre personnel aussi vital que l'air qu'il respire (car tel est le pouvoir du crayon), qu'un faux-semblant d'équilibre collectif ne lui garantit plus (lui a-t-il jamais garanti jusques et y compris sous Chirac), le second ne fait que tirer toute la couverture à lui. Le premier est intelligent et tend à rester objectif. Le second est un gros con qui ne songe qu'à l'essor de son surplus de graisse.

Je ne dirai pas non plus que la France est occupée. Juste que plus ça va, plus j'ai l'impression de déranger. Et disant cela, sincèrement, j'espère que je ne vous mets pas mal à l'aise. C'est que, surtout, je ne voudrais pas interrompre ni même polluer une si belle partie de chasse.


CHASSER (Dictionnaire de l’Académie française, 9e édition)

1. Rechercher, poursuivre le gibier pour le capturer ou le tuer. Chasser à courre, chasser à tir. Chasser à l’arrêt, en battue. Chasser au fusil. Chasser au chien couchant, au chien courant. Chasser à l’oiseau, au faucon. Chasser en plaine, en forêt, au bois. 

2. Mettre dehors avec violence, forcer quelqu’un à sortir de quelque part, le contraindre à quitter un lieu.


Or, qui réfuterait qu'à l'instar de tout individu, toute communauté est nantie d'un inconscient et peut commettre des impairs, des actes manqués, des actes terribles jusqu'au meurtre œdipien, est susceptible de dissimuler, de se dissimuler, de manipuler comme de se faire manipuler à commencer par elle-même. Pour ma part, je n'ai ABSOLUMENT AUCUN DOUTE sur la nature profonde et véritable, ancrée dans l'âme du peuple, le déroulement du temps et le déploiement de l'espace, de la fusillade à sens unique du 7 janvier 2015 à Paris. Jumeau affreusement dissemblable du 11 septembre 2001, je sais également que ses poids et portée symboliques sont énormes, incommensurables, en réalité, et doivent être combattus puis anéantis à tout prix. Immédiatement.

Qu'on se le dise et qu'on en tienne compte : pour votre propre sauvegarde.

Forzh tud - fall sikour
Ogi gogorrari, hortzak zorrotz
A chi cummanda face lége
L'Europe, c'est moi



lundi 30 septembre 2019

Sous les graviers, Carthage.

Le coucou suisse, en réalité d'origine allemande mais très largement adopté par le monde helvète, instaure un rapport au temps pragmatique, directement relié à la nature, exempt de toute influence judéo-chrétienne. L'on observera comme résultat, tant est soudé l'espace-temps, les différences en termes de rapport au territoire qui sont notables et notoires entre Suisse et Allemagne d'une part et bloc méditerranéen d'autre part. Bien au-delà de la ridicule trouvaille moquée par le génial et fort prétentieux Orson Welles, le coucou mécanique issu des profondeurs de la Forêt-Noire est en réalité à lui seul une véritable école de méditation. À suivre...  (j'déconne) (c'est le gros défaut de la bible : trop long)
Prédiction : le gus qui bricolera et déposera le premier poisson corse, un poisson mécanique surgissant des algues pour libérer une ou plusieurs, jusqu'à douze, bulles colorées, se fera des nouilles encore.

samedi 28 septembre 2019

PMAPT DE RIRE

Un vote redondant : il y a bon temps que la justice familiale avait entériné le procèdé, la queue française -marque déposée INPI- ne représentant plus depuis 50 ans qu'un sale, instable et vilain ersatz d'éprouvette. Société d'homos, d'eunuques et de gonzesses folles bardées d'esclaves en armes (my Sweet-Happy-Society), néanmoins vouée à te faire dévorer par un islam galopant,  JE TE SALUE !!!
Et savourerai comme il se doit ton agonie.

 ...! MORT À DIEU !...! DANS VOS CULS, LES FIOLES !... 
...!!! MERDE À CHIRAC COMME À LA PALESTINE  !!!... 

lundi 23 septembre 2019

Le vrai, le profond, l'historique problème politique de la France, c'est d'avoir accordé la priorité à droite sans jamais cesser de mettre à gauche : ça n'a pas plu au milieu. Ni à la marge. Et tout est parti de travers pour ne pas dire en spirales tel le cahier-de-brouillon du pire cancre de la classe. Le roi est mort : restent les bouffons.

Dés lors que la planète est foutue, que nous importe qu'elle soit couverte de blancs, de noirs, de jaunes, de pustules ou bien encore de rats crevés : RIEN, NADA, 
ON S'EN BRANLE LA SOURIS VERTE !... Donc, la PMAPT d'ailleurs comme tout le reste, IA tous-azimuts, fous-de-dieu du coin-de-rue,  dictateurs fil-à-fil et murs anti-personnels à-tout-va, JE VALIDE ! Pouvez y aller !! C'est bon. Ça passe. Le seul truc: vous ne touchez pas à mes plantes et moins encore à mes poissons. Pas même avec les meilleures intentions du monde. C'est tout : j'veux rien de plus.
(merci)

lundi 2 septembre 2019

File, file : trace par-delà l'horizon.

Partout l'eau s'infiltre, partout le brasier s'insinue : immanquablement,
tu connaitras la vengeance du poisson-de-feu.

mercredi 28 août 2019

Tout ou rien

Si le maire est le premier képi de la commune, alors le président est bien le premier flic du pays. Il revient régulièrement, ici, tous les cinq ans : c'est un horoprédateur. Une sorte de vampire, mais bardé de diplômes, le teint frais. Seule l'IA peut nous permettre d'en réaliser l'économie. Le hic, c'est que par nature ou définition, pour se réaliser pleinement, elle se doit d'être GLOBALE, comme le président du Brésil vient très judicieusement de nous le rappeler. On va l'avoir dans l'USB.

dimanche 25 août 2019

De la difficulté conjoncturelle du dialogue intergénérationnel dans un cadre dialectique standard d'évaluation-prévention-génération des méga-mouvements de l'univers [in 'Dommages collatéraux spécifiques à l'essaimage de l'effet-papillon dans le déploiement spatio-temporel de l'univers connu' - Boston, 1971 & 1988]

(Illustration)
.
- Chier dans l'eau douce et jeter la moitié de la bouffe, ouvrir la porte en même temps que le chauffage, laisser moteurs et lumières allumés et fourrer toutes les boîtes-aux-lettres avec de bigs braquemards en papier, toutes les bagnoles avec des floppées de sacs en plastique, tels étaient nos credos de l'époque : on s'en foutait,
y'avait l'Amazonie.
- La QUOI ??!...
- Si vous crachez du sang en permanence, jeune homme, on va pas y arriver. Y'en a plein l'écran : c'est dégueulasse.
- Sale con ! Vieux machin ! Vous manquez pas d'air !!...
- Votre cynisme ne nous mènera nulle part, mon cher. En revanche, si vous persistez dans vos gueulantes de beatnik, je réveille Macron et je le lâche : il n'a pas eu son steack du soir, vous risqueriez de le mettre en appétit. Vous savez ce qu'il leur fait, aux petites filles, quand il se prend pour De Gaulle : IL LEUR MANGE LES YEUX. Imaginez une seconde ce qu'il vous fera, à VOUS, si vous continuez à m'emmerder.
.
.
(Faim) (Miam-miam) (Rhâââ Lovely)
.
.

lundi 12 août 2019

ORGAMME

Le rock est à l'expression artistique & spirituelle ce que l'amour est à l'expression corporelle. Littérature, peinture, sculpture, photographie et même cinéma : simples préliminaires. Le rock seul tombe la petite culotte. 
Avec lui, c'est du sérieux.


lundi 22 juillet 2019

Vous avez filé un bas

C'est ce que j'ai dit à cette meuf qui portait le quart d'un jean déchiré avec de longs bouts de coton blanc respectant moins qu'approximativement les contraintes pondérales générées par la gravitation universelle, le genre de short de meuf qu'on trouve aussi bien dans les quartiers chics mais plus cher donc plus court en raison d'une émancipation accrue des classes supérieures relativement aux membres inférieurs de l'individu, et toc, or là, en version picarde : ce qu'il y a de plus hard relativement aux déchirures. Manière teutonne, pour ainsi dire. Bref, la meuf a commencé aussi sec le premier d'une longue série de quarts d'heure de réflexion interrogative en regardant partout sauf en direction de ses jambes, un peu comme si j'avais évoqué un avion, et bientôt je craignis le pire : avoir commis une erreur d'ordre culturel, le genre d'impair qui vous mène droit à la guerre ou plus sûrement à l'ennui, 100.000 volts, pensé-je, serais-je aussi con qu'une musulmane toute en noir kiffant d'insulter nos traditions mortuaires, ça me ferait mal au sternum, lorsqu'un coup d'oeil sur son beau-père, ce ne pouvait être que ça, me remit d'équerre sur mes échasses. Le gus avait éclaté de rire. Je me sentis moins seul sur cette planète en train de crever, j'avais trouvé ce que j'étais venu chercher, la meuf n'avait toujours rien compris mais quelle importance. Quelle importance que ces bipèdes qui n'en sont plus en permanence arc-boutés sur leur vieille canne de parallélébipèdes rectangles. Croûlants que vous êtes, maudits esclaves du clavier défoncés au dioxyde de carbone, basses, vieilles, vilaines ordures jonchant les trottoirs : on ne va pas se mentir, ce n'est pas le moment, mon space-jet commence à ressembler à quelque chose et ce sera bientôt l'heure du départ. Un faux-départ, évidemment, dans le sens de l'outil des champs extrêmement contondant, du canif de ma girl-friend la camarde. Je quitte. Je trace. Je taille. Aussi, autant vous le dire tout-de-suite en lieu et place des insupportables altermoiements des au-revoir et mieux encore de l'odieuse et molle certitude de tout adieu : vous êtes a-t-t-e-i-n-t-s. C'est plus grave que d'être seulement malade puisque c'est l'être jusqu'au cœur de sa moelle, en profondeur et sans espoir de guérison : 
A-T-T-E-I-N-T-S. Maudits français. Tous vaincus par César.
Tous victimes, tous guilty, tous crevards.
Or, quelle importance.
Quelle importance que mieux nourrie soit la femme, plus elle aille à la foire. Car c'est à la fois la sixième extinction des espèces et celle, définitive, du style. Faut s'y faire.
Et ça demande un vache de boulot. Solo.


vendredi 19 juillet 2019

From continuity to destruction

Ce qui est formidable, c'est que le ton ne change pas. Les poses sont les mêmes, strictement. Les poudres, les fards, les fins sourires reliés à l'exactitudomètre si savemment mesurés qu'ils sauraient faire passer chars et orgues de Staline pour quelque variété de légumes exotiques : le grand jeu. Plus imperturbables que le splendide orchestre accompagnant la chute du Titanic, nos journalistes dans leurs habits des grands jours ne dévient pas d'un iota de leur partition. On sent comme ils s'accrochent. Pour un peu, tout irait bien. C'est assez formidable et pour un peu, j'applaudirais, mais le voudrais-je que cela me serait impossible : je suis tétanisé. Tout simplement, littéralement, je n'en reviens pas. Ma dernière chance de les voir se planter et peut-être de les entendre l'admettre : le scoop de la disparition de toute forme de vie sur terre avant la fin du jour. LÀ, ENFIN, UN GRAND MOMENT D'EMOTION.

dimanche 30 juin 2019

La dure rive des incontinents

Je ne vois pas -en réalité je ne vois plus mais n'ayant plus nul recours à l'évocation d'un quelconque passé qui ne saurait que me nuire, au vu du présent, ne faisant plus usage de référents, références, citations ou même précédents, tout-à-fait comme si je venais juste de naître, à vrai dire, je préfère dire que je ne vois pas- l'intérêt d'une pensée organisée, structurée, dégageant un sens (unique) et conservant l'apparence d'avoir un but. Franchement, que peut-on dire à l'époque. Peut-on seulement avoir envie de lui adresser la parole. Mérite-t'elle encore qu'on y porte le regard. À quoi con, je vous le demande. De mon point-de-vue, elle ne vaut pas un clou. Le vrac, le puzzle, la déchirure, le mille-éclats, le grand bordel, l'heure de s'ennivrer, j'en passe : anyway, no exit. Alors vraiment, pour ceux-là qui ne peuvent s'empêcher de penser, pour ceux-là qui dans cette démarche insensée persistent, la clé me semble être l'hygiéne, facteur premier d'une attitude réellement survivaliste. La pensée se devrait alors d'adopter un critère qui lui était juste là inconnu sauf peut-être des professionnels de l'art, littérateurs et autres épaules-voûtées en nombre impressionnant, journalistes, politiques, théoriciens : l'économie. S'économiser. Réduire son débit. Canaliser. Faire des impasses. Que l'on m'accorde un ultime bond en arrière : relevant pourtant d'un tout autre type d'individus qui d'ailleurs vous ressemble un peu plus, Arthur Rimbaud qui passe des antichambres au désert et de la plume au fusil représente l'achétype de ce type de process tout en illustrant admirablement sans happy-end aucun, nulle concession à hollywood, l'âpreté du combat entre survivalistes et climat. Inaltérablement et conformément à une volonté forte clairement exprimée, Rimbaud sera toujours moderne. Une réussite. Mais s'il est bien évident que l'humanité doive être amputée sans tarder loin au-dessus du genou, n'étant ici-bas nul chêne qui ne puisse périr d'un simple parasite, qui tiendra le rôle de la jambe ? Ainsi, le contrôleur-de-gestion de la pensée efficace pointera du doigt le bien commun, par exemple. Qu'il jugera hors-sujet. À rayer du sommaire, bien biffer. On dégage. De façon nette, franche, virile ou en jupes courtes, à vous de voir. Car lorsque j'ai pu adresser une parole parfaitement courtoise et idéalement dépolluante à quantité d'automobilistes à l'arrêt moteur-en-marche-plus-de-dix-minutes, cette expérience aussi désolante que fondatrice m'aura donné la chance de pouvoir en extraire un semblant de philosophie certainement propre à sauver ma modeste peau tout en conservant l'immense avantage de pouvoir se décliner en maxime, ce qui à mes yeux constitue un sommet d'élégance en termes d'équation : VOUS POUVEZ TOUS CREVER. Plus simple, y'a pas. Lumineux. Enfin, nous verrons bien. En vrac, disais-je. Le lobby féministe. Comme ça craint. Ça n'en finit pas. On n'en voit pas le bout et pour cause. No comment, trop à dire. Je vous emmerde. Fin du premier chapitre. Je vous emmerde. Début du second. Parlons peu, parlons foot. Je vous emmerde. Troisième chapitre. Chat-pitre : c'est justement là où je voulais en venir. La pensée. L'hygiène. Le chat. Penser comme le chat se lave le poil. Méthodiquement, pourtant non sans affect. Scrupuleusement, tout en semblant s'en foutre. Et surtout : s'en foutre. Éperdument. Le bonheur n'est jamais loin. Conserver l'essentiel de son potentiel mental pour l'heure où il faudra fuir, pour l'heure où il faudra mordre, pour l'heure où il faudra TUER.  Tout cela évidemment, les suisses mis-à-part car fut-elle plus ou moins agglomèrée au dernier des mille-feuilles de supérette, dieu qu'elle est belle notre Europe, je racle et ne jette jamais LA CRÈME.

dimanche 16 juin 2019

Le grand saut

Le temps est un matelas à l'ancienne : à ressorts en spirales. Privilégiez tel côté du lit et si vous n'êtes pas détenteur d'un passé de qualité supérieure, inévitablement l'ensemble s'affaissera. La gêne s'installera sous forme de névroses qui ne sont rien d'autre que des ressorts trop autant que mal sollicités. Il y a quinze ou vingt ans de cela, faisons table rase des faux-calculs, je découvris une pierre sacrée dans les bois de Maffliers. Rectangulaire, haute de 80cm et large de 50, épaisse de 8, parfaitement taillée, à l'évidence ancestrale, j'estime son poids de 60 à 100 kg. Image pieuse, hautement symbolique, mystérieuse pour ses origines comme pour son utilité car portant les stigmates d'une usure localisée, précise et mécanique, elle fascine quiconque la voit. Je la roulai sur elle-même pendant plusieurs kilomètres de forêt qui me parurent durer un siècle, puis elle atterrit tout naturellement dans mon coffre, cadavre libre des affres de la putréfaction, pur morceau d'éternité. Aujourd'hui, même sommet, même village, mêmes sous-bois : j'ai de nouveau constaté que le temps avait ouvert une brêche sur l'ensemble de ces coordonnées spatiales, 49.000 / 49.500 X 2.30600 / 2.31000. Or, je m'en expliquerai ultérieurement : ce n'est certainement pas le moment d'aller trop  vite.


mercredi 5 juin 2019

TOURS-DE-VICE DES PRESSES DU VENT MAUVAIS

' ENQUÊTE - Alors que le ramadan prend fin mardi soir, le Conseil français du culte musulman va annoncer le report de ses élections. Le signe d’une crise interne et d’une forte tension avec le gouvernement. '

J'ai donc eu mille fois raison d'abandonner la presse à sensations, Libé et BFMTV notamment, pour adopter le Figaro, mon bon Wolfgang : l'information, de surcroît religieuse et parfaitement sous-secondaire, y passe comme dans un film bien ficelé au compte-gouttes et judicieusement au contraire des mauvaises manières du second média sus-mentionné, fort louche, qui annonça deux ans de suite l'ouverture des selfish-festivités à jeun, non-événement sans réelle importance ni caractère de gravité, à la façon d'un mélodrame poignant ou du traditionnel 'bouclez-vos-ceintures'. Des cons, tout simplement. Bêtes ou méchants, on le saura qu'à la faillite ou au coup-de-poing. Bien à toi.

mercredi 29 mai 2019

in still life

La langue anglaise est très honorable : elle a surtout cet immense avantage au regard du français d'être plus brêve, plus directe, plus impactante. Mais certains mots me scandalisent tels par exemple steering wheel qui désigne le volant. Le brexit, on s'en fout. Ce que nous exigeons, en revanche, ce sont des mots COURTS : sans mots courts, no rock'n'roll.

lundi 27 mai 2019

La démocratie est comme le couple : une vieille, une vilaine habitude.

Le vote républicain tel que nous l'avons connu par le passé n'a plus lieu d'être : il est devenu incapable de libérer la société de ses multiples jougs. Au contraire, pure aberration sémantique, l'enferme-t-il dans un cercle très vicieux : il suffit un lendemain d'élections d'écouter un peu la radio pour comprendre que le vote quel qu'il soit ne servira qu'à alimenter des CV. Totalement corrompue, la sphère politique est une industrie dont nous suivons assidument l'évolution de carrière de quelques profils. Des gens qui, pour rester dans le créneau, pédalent dans la semoule à longueur de journée. Je les nommerai les Inutiles. Et je demande aux gilets-jaunes de bien vouloir durement les sanctionner. Merci.  
IA forever.
Nota : à titre d'exemple, le népotisme creux, arrogant et crapuleux qui troue le cul de ma bonne ville de L'Isle-Adam depuis des décennies sous prétexte qu'un éclair d'intelligence, naguère, parut animer l'oeil du grand-père, cette véritable et pure injure citoyenne mériterait une action d'envergure. Un rapt, peut-être. Hélas : je dis ça, je dis rien.


Mes chers compatriotes...

..., vous êtes gros, vous êtes mous, vous êtes vilains, vous êtes obèses : vous êtes le niveau 0 du peuple. Si demain un type ayant un peu les crocs débarque et veut vous manger, il en bouffera cent d'entre vous avant qu'un pet plus nerveux que l'autre ne vous réveille afin que vous puissiez constater que vous n'êtes strictement bons à rien sinon à l'image de vos véhicules impossibles qu'à encombrer ma planète. Putain comme vous craignez : informes, tout retombant, cradingues et mal empaquetés, vous m'acculez aux limites de ce qu'au service du public peut bien vouloir signifier. Qui, passé un temps, dans le secret de la ferme, conserve des égards envers le porc ou la truie ? À bien vous côtoyer, je retrouve ce dégoût qui déjà dans ma carrière m'avait fait vous quitter. Ce que vous méritez, ce ne sont pas des courtoisies d'un autre âge mais de grandes claques dans la gueule. Gerbos, le français, et de pire en pire : la nuit, il rêve qu'il est un grand guerrier masaï et souille de plus belle son matelas.


lundi 20 mai 2019

Mai 2019 : la théorie du riz

Le vendredi de 15 à 16, la grande-entreprise ouvre le débat et matraque ses valeurs, écologie, humanisme : ce n'est pas vraiment de la petite bière. Exit charbon, atome, pétrole et dérivés : bonjour, soleil. Des concepts qui dépassent de très haut les plus hauts bâtiments qu'ils soient industriels ou pas.

Pourtant, le lundi à 9h00, il faut veiller au réassort des sacs en plastique.

Pourtant, le lundi à 9h00, les assassins foncent de plus belle dans les rues.

Le soleil, fort peiné, se cache : c'est tout naturel. Pas de quoi en faire un plat.

jeudi 16 mai 2019

Anesthésiste, réanimateur & assassin : avec la truite, ce sera Doubs ?

Le bisontin est un serpent. C'est un vil empoisonneur. Il est lent, sournois, perfide, n'a pu, non plus qu'il ne le souhaite, s'extraire des temps du fond-des-âges : dés qu'il y a besoin du médecin, du notaire, de l'avocat, dés qu'affaire de famille ou simple arrivée d'un 'étranger' par nature indésirable, il n'hésite pas à débaucher de la plus profonde campagne tel rebouteux dont chacun redoute qu'il soit également jeteur-de-sorts, un manipulateur d'âmes, de bouteilles, de flacons. Être franc-comtois, c'est un état d'esprit : intérieurement, il faut savoir se couvrir de guenilles, il faut savoir se dissimuler, attendre, siffler, persifler, baver, ramper, puis être capable par nécessité ou juste par goût d'étouffer ses victimes sous une pression progressive et continue. En clair, c'est comme partout : on s'en sort bien mieux avec un diplôme. Dans le 25.

mardi 7 mai 2019

samedi 4 mai 2019

QUI ACHÈTE LES VENDUS PAIE DOUBLEMENT POUR RIEN ou PORTE-PAROLE, SI TU M'ETAIS CONTE

Le musulman compte peu ou prou un quota de 10% sur le territoire. Faisons abstraction du caractère expansionniste antépyramidal du groupe humain constitué par l'ensemble de ces familles fortement inspirées, en ce qui concerne leur mode de reproduction autarcique & concentré, par un système lapin furieusement sollicité au plus haut niveau de l'Etat, et tenons nous-en à AUJOURD'HUI : POURQUOI un organe de presse national tel BFMTV se croit-il tenu, pourquoi pense-t-il même que cela puisse être judicieux, de bon aloi voire de bon goût de titrer sa Une 'le ramadan commencera lundi en France' ? Qu'est-ce que le citoyen en a à foutre ? Qu'est-ce que l'intellectuel en a à foutre ? Qu'est-ce que l'être pensant en a à foutre ? RIEN, RIEN, RIEN. Sans même évoquer l'éthique qui, elle, pourrait parfaitement s'y intéresser. Si ce n'est prendre la décision ferme et définitive de boycotter ce torchon, ce cache-misère, ce ramassis de pédales. En France grâce à eux, la HONTE est désormais OFFICIELLE : c'est écrit dans le journal, toute une démocratie laïque se laisse berner par une poignée d'enflures. À quand un numéro spécial pour indiquer comment s'orienter précisément en direction de la mecque depuis chacune des grandes places et/ou voies praticables de la capitale : mais t'attends QUOI, ducon, c'est même pas crypté, toute ta propagande en CLAIR. QUE DU BONHEUR. Il y a bon temps que j'ai viré Libération dont la prétention mieux-pensante se faisait insupportable, le Monde ne connait pas l'humeur qu'elle soit bonne ou mauvaise et ne sert donc correctement que les courtiers, il me reste à essayer le Figaro, numéro Un quantitatif. C'est fou comme j'en ai envie. Bien moins cependant que d'une vieille radio d'orpailleur totalement rouillée au fin fond de la jungle amazonienne.


jeudi 2 mai 2019

Le grand gagnant

J'ai entamé, peut-être fin 2001, un procès majeur contre 8 milliards de 'croyants', mais je ne suis pas gourmand : à raison d'un pauvre centime annuel par tête de clown en contrepartie des diverses nuisances et pollutions de toutes sortes qui me furent infligées au cours des jours, des mois, des siècles et des années passés, je devrais m'en tirer plutôt bien. 
En tout cas, j'y crois.
Dur comme faire.


mardi 30 avril 2019

Ils plaideront la folie.

J'ai lu le coran... jusqu'à ce que l'envie de dégueuler se fasse trop forte. Ce genre d'ouvrage tels la bible, les derniers écrits de nietzsche ou my kampf s'écorne pour ne plus jamais s'ouvrir. Des huîtres malades, pourries quoique encore vivantes, parfaitement impropres à la consommation. Ce jour, j'apprends oralement que selon les croyances en vigueur, à l'instar des prétendues tables de la loi ce texte serait descendu du ciel en l'état. QUELLE CONCLUSION DOIS-JE EN TIRER. Est-ce que le ministère de la santé publique a été correctement informé. Dois-je écrire à quelqu'un, ou téléphoner, car s'il existe bien un 0800 stop-jihad, je n'ai pas le numéro de halte-aux-cons. Évidemment, j'ai TOUJOURS la solution : en l'occurrence, le téléphone arabe.



samedi 27 avril 2019

Fais tes devoirs.

L'humanité est 'finie' au sens mathématique du terme : somme toute, c'est un pauvre creuset qui ne tarde pas à répéter, pour bientôt cloner, ses modèles de base. De ce fait et en apparté, une raison de plus pour qu'elle ne cesse, lorsqu'elle se mêle de vouloir enseigner les dessous prétendûment spirituels de l'univers, de me faire doucement rigoler. Finie, oui, j'en ai fait l'atterrant constat dans ma vie personnelle lorsqu'un beau jour à force de trop vouloir connaître, je dus me rendre à l'évidence : hormis un ou deux êtres parfaitement uniques, je ne rencontrais plus que des doubles ou énièmes exemplaires d'humanidés fort étrangement surgis autant qu'issus de mon passé. Cela est également vrai du monde du cinéma qui hormis le cas d'un ou deux êtres parfaitement uniques n'a aucune raison tangible de différer foncièrement de l'autre versant de l'humanité, tout au contraire. Ainsi, Clovis Cornillard, le GRAND Clovis Cornillard, je le concède volontiers, ne lui ressemble pas seulement, il EST Serge Reggiani, le GRAND Serge Reggiani, là aussi je m'incline. Réincarné ou quelque chose comme ça. Il comble une case laissée vide par un départ sur, précisément, le même schéma. Allez, à tout casser, je dirais que sur cette planète, nous sommes 2 ou 300. À peu près autant de grands caractères humains que de races de clébards dont aucun, au demeurant, n'aurait la sombre et vaine idée de fonder un culte. Le reste est pure copie :) :) :)  Ne pleure pas. Si la combinatoire ADN est effectivement sans limites, nous ne percevons de l'autre qu'un spectre très défini que nous nommerons si ce n'est déjà fait le spectre sensoriel connu. Celui-ci, par définition fortement restreint, contraint effectivement toute ton espèce à la redite. Pour ne pas dire au rabâchage. Alors que le vrai truc du DJ, à la base, c'est tout-de-même de changer de disque. C'est pour ça qu'indépendamment du nombre d'écrans, la vie est comme une boîte-de-nuit : on finit toujours par s'y emmerder. Rien d'étonnant là-dedans : avec 90% du cerveau en carafe, TOI le destructeur des mondes tu es à peine plus conscient qu'un verre d'eau. Tu nous gouvernes et rien ne m'étonne dans le fait que nous coulions. Si, une petite chose : que l'histoire du monde se résume au mélodrame du Titanic, ça me fait profondément chier.


vendredi 26 avril 2019

Dernier village avant la fin du monde.

Rue du bois-carreau, chemin fanchon-favier, mystères de la pierre, de la feuille et des eaux : par l'onde tellurique & le flux magnétique, le lieu est hanté et du diable si j'ignore jusqu'à toujours pourquoi. Il ne se peut faire : il me faut investir l'endroit, je dois plonger au cœur de la matière pour en atteindre l'esprit, me fondre au plein-or dru qui innonde littéralement l'entre-branches sur tout le cycle du parcours, je n'ai d'autre choix que d'affronter frontalement cet ancestral four de lumière. Il me faut SAVOIR.

vendredi 19 avril 2019

Ironie : tel fut le nom de mon slendide berger tervueren

L'auteur de la saga des Dexter se nomme en réalité Freundlich, ce qui signifie gentil, amical, ou sympa. Formidable, tout-de-même, comme ce gars aura joué avec une morale qui ne sera guère plus, entre ses doigts d'or, qu'un vieil élastique usé jusqu'à la moelle et prêt à rompre sous l'infinie torture d'improbables combinaisons. Freundlich met juste le monde à l'envers, debout sur la tête, et pourtant celui-ci semble toujours aussi cohérent. Parce qu'en définitive, tout cela n'a absolument aucun sens.

jeudi 18 avril 2019

Si c'est une réponse et qu'il n'y a pas de question, alors il s'agit bien de LA VERITE (exercice de réthorique)

Je gage que l'incendie de Notre-Dame rejoindra dans les annales de l'Histoire la sombre affaire Kennedy : nous ne saurons jamais devant quoi s'est affaissé l'orgueil du génie humain. Nous spéculerons.

L'Etat circule dans nos artères : une lame qui va-et-vient

Les gilets-jaunes n'ont rien accompli s'ils n'ont pas fait tomber les droits de succession français : le premier, le plus violent coup de couteau des fascistes, digne du nazisme détroussant les juifs au nom de la reconstruction d'une allefrance forte évidemment plus juste et plus équitable. En 68 on a crié que nous étions tous des juifs allemands mais on ne l'aura pas gueulé assez fort : si macron a juré que lui sur le trône on ne toucherait pas aux droits de succession, alors tout le parquet doit brûler. Vous financerez la CMU sur les dividendes des TGE et vous vendrez les yachts un peu moins cher : c'est tout.

vendredi 12 avril 2019

Animus imperat

Ni de la vie ni de la mort, je ne relève
Je suis de l'entre-deux, comme une trêve

vendredi 5 avril 2019

5 Avril

Cette date marque à tout-jamais le jour le plus drôle de ma vie
Bénis en soient acteurs & actrices & tout particulièrement le premier-rôle, 

NATHALIE

jeudi 23 février 2017

À PARAÎTRE :

- VERTES SONT LES FEMMES DE L'AUBE -

Poems & Fulgures - Jordan DIOW
Amazon Books 2019





JORDAN DIOW, dream-artist & chercheur d'art pour EDEN 2018 ¥ 16/9 PRODUCTIONS


BLOG : http://poissonmagnetique.blogspot.fr/
_____________________________

LE RÊVE AUX LØUPS DE JØRDAN D!Ø₩, roman
https://lereveauxloups.wordpress.com/ 

LE RÊVE AUX LOUPS DE JORDAN DIOW, Roman
https://www.edilivre.com/aurore-ou-le-reve-aux-loups-jordan-diowe.html#.WNZPhm_Nxpg

LE RÊVE AUX LOUPS DE JORDAN DIOW, Roman
https://www.amazon.fr/rêve-aux-loups-Jordan-Diowe/dp/2332614117

LE RÊVE AUX LOUPS DE JORDAN DIOW, Roman
http://livre.fnac.com/a7255498/Jordan-Diowe-Le-reve-aux-loups
_____________________________


EDEN 2017 ¥ 16/9 PRODUCTIONS, Cinéma L'Isle-Adam - Val d'Oise - Ile-de-France
https://www.yelp.fr/biz/eden-2017-16-9-productions-l-isle-adam?osq=CINEMA.


EDEN 2017 ¥ 16/9 PRODUCTIONS, Cinéma L'Isle-Adam - Val d'Oise - Ile-de-France
http://www.justacote.com/l-isle-adam-95290/cinema/eden-2017-16-9-productions-2638735.htm


EDEN 2017 ¥ 16/9 PRODUCTIONS, Cinéma L'Isle-Adam - Val d'Oise - Ile-de-France
https://annuaire.118712.fr/Val-d-oise-95/L-isle-adam-95290/Duthuin-0953204914_3E0050S00000F70300C20061G


EDEN 2017 ¥ 16/9 PRODUCTIONS, Cinéma L'Isle-Adam - Val d'Oise - Ile-de-France
http://www.118000.fr/e_C0063201415


EDEN 2017 ¥ 16/9 PRODUCTIONS, Cinéma L'Isle-Adam - Val d'Oise - Ile-de-France
https://fr.mappy.com/poi/589c0ebf0351d167ec4d6744#/2/M2/TGeoentity/F50b12a5284aedb678f2fa747/N151.12061,6.11309,2.22537,49.12066/Z15/


EDEN 2017 ¥ 16/9 PRODUCTIONS, Cinéma L'Isle-Adam - Val d'Oise - Ile-de-France
https://www.pagesjaunes.fr/pros/53478565


EDEN 2017 ¥ 16/9 PRODUCTIONS, Cinéma L'Isle-Adam - Val d'Oise - Ile-de-France

https://www.tousvoisins.fr/l-isle-adam/3345207-eden-2017-16-9-productions

EDEN 2017 ¥ 16/9 PRODUCTIONS, Cinéma L'Isle-Adam - Val d'Oise - Ile-de-France
http://www.imdb.com/name/nm7029724/


EDEN 2017 ¥ 16/9 PRODUCTIONS, Cinéma L'Isle-Adam - Val d'Oise - Ile-de-France
http://www.bellefaye.com/societe/eden-2016-16-9-productions_28833
_____________________________

JORDAN DIOW, Music
https://www.createspace.com/2283799

JORDAN DIOW, Music
https://my.zikinf.com/jordan-diowe

JORDAN DIOW, Music
https://soundcloud.com/jordan-diow

JORDAN DIOW, Music
https://www.reverbnation.com/jordandiow
_____________________________

DAILYMOTION JØRDⒶN D!Ø₩
http://www.dailymotion.com/Duthuin

YOUTUBE JØRDⒶN D!Ø₩
https://www.youtube.com/user/DUTHUIN
____________________________


EDEN 2017 ¥ 16/9 PRODUCTIONS
530 087 105 00017
productions130@gmail.com
09 53 20 49 14 - 06 58 08 55 61
Parc Jean-Sainteny - 11, Grand-Place Hubert-Jolivet
95290 L'Isle-Adam - Val d'Oise - France
____________________________


jeudi 13 octobre 2016


LE RÊVE AUX LOUPS DE JORDAN DIO

Adaptation du roman éponyme (2014)
 Drame de société / France-Italie-Grèce-Inde

PITCH
Niklos Davone, un quadragénaire avancé doué d'un sérieux passé d'aventurier, emprunte le descenseur social à grande vitesse pour mener à bien un combat en justice concernant la garde d'une enfant. Devant l'échec imminent, il franchit la ligne jaune et pour l'honneur, la fortune et l'avenir de Myriam, sa fille, conçoit et exécute une opération de manipulation de masse conjuguant monde de l'édition et violence terroriste : alias Jordan Diow.



productions130@gmail.com






LOCATION-MACHINERIE
@ Grue 2m avec pied Sachtler + moniteur Sony.
@ Slider 1,80m tout-terrain ou sur pied Sachtler.
Tarifs-champions : me contacter au 06 58 08 55 61.