lundi 25 janvier 2016

178 # NO(N) MERCY N°0 : ISLAMATRIX III (Desolation)

27 agents Smith, simultanément, tordent la bouche de la même façon sous l'impulsion d'une même secousse : l'e-mail chiffré qu'ils viennent de recevoir, de décrypter, sanctionne le lancement de toute l'opération.

Ils frapperont d'un même revers de feu et d'acier six grandes villes européennes, aucune capitale mais des villes-symboles et des cibles d'élection : universités, consulats, cinémas, préfectures.

Là-bas, la matrice souffre. Ils la devinent tourmentée alors même que sa fin incarnerait le pire de leurs cauchemars : elle est leur source, elle est leur énergie, elle est tout. Et elle a faim. Déjà, certains de ses nids ont volé en éclats. Pour ne rien dire des réserves générales. La peur du vide leur sert les tripes, les électrise et les tient debout, inébranlables

Tous ensemble, les 27, ils cessent de penser à la même seconde malgré les longues distances qui les séparent : la matrice peut faire ça. La matrice peut tout, veut tout, elle est plus grande que tout : par conséquent, elle contient tout. ils appliqueront le Plan. Seul le Plan saurait convenir à la matrice qui n'est qu'expansion, éclosion, jaillissement, harmonie permanente selon ses vœux bénéfiques et ses parfaites volontés. La matrice est une fleur-de-lotus idéalement bercée par toutes les eaux du monde au centre desquelles elle repose majestueusement. Mais la matrice est encombrée par six ou sept milliards de têtards parfaitement incompatibles avec l'ADN psycho-fusionnel qu'elle trimballe comme de la sueur sous les aisselles. Pas grave : les Smiths sont là pour ça. Pour fourailler le têtard. Les dieux ne sont plus ce qu'ils étaient.