dimanche 20 décembre 2015

150 # QUI POSSÈDE EN LUI UNE VÉRITABLE GRANDEUR...

... ne fait pas de politique.
Albert CAMUS

Je connais un gars comme ça, il se nomme Pascal Bruckner. Philosophe, il travaille parfois pour Libération et à lui seul sauve le journal :

" Cibles nous sommes, 
car sommes le ventre mou d'Europe. "


Dans le même esprit, l'on aurait pu penser que la plus célèbre citation dont on attribue l'original à Voltaire et que l'on sert abusivement ici ou là pour faire démocrate, je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire, fut initialement écrite en bon français moderne pourvu d'une syntaxe toujours d'actualité, mais il n'en est rien : pour le paysage médiatico-juridico-politique de l'hexagone le plus hexagonal de toute la galaxie, elle nous est en réalité parvenue traduite d'une LANGUE MORTE. En effet, rien n'est écœurant comme le système médiatique français devenu ce seul et monumental lobbye politique qui n'évoque rien d'autre que la capitale moscovite d'autrefois et ses vetos absolus : couvrant naguère 24h/24 la guerre d'Irak comme une pure charogne, et impliqué jusqu'aux yeux par ses seuls choix éditoriaux, au point que je décidai alors de me priver de télévision pour deux longues années, sans pouvoir toutefois échapper aux premières de couverture étalées dans le métro (je ne vous ai pas oubliés, salopards), le voilà aujourd'hui qui hurle avec les loups dont l'opportuniste Kechiche, ceux-là qui blâment l'Amérique et la rendent pour ainsi dire primo-responsable  de l'enfer musulman qui s'abat à répétition sur la terre, comme ils se mêlent avec force maquillage et cris de putes hystériques d'empêcher le vieux système politique français, exsangue et à juste titre sincèrement enragé, d'accéder à la qualité tripartite qui est pourtant son plein-droit autant que son vœu très clairement exprimé. Le big-brother français, seul véritable réactionnaire de ce tournant historique, républicain, démocrate et même militaire, retourne sa veste sans jamais nous l'avouer et sans flair ni véritable intelligence, interdisant de ce fait à l'Histoire de pouvoir le lui pardonner, histoire qui ne pardonne jamais, en dépit de leurs éternelles et sempiternelles rengaines évangélisantes, aux ventres mous sous grilles de fer.



2015 : L'ANNÉE DE LA HONTE 
D'UN JOURNALISME FRANÇAIS QUI
N'AURA PAS SU HONORER SES MORTS



c'est triste


( je suis un drapeau à 3 couleurs )