mardi 17 novembre 2015

120 # L'ISLAM, UNE ABERRATION ?

Samedi, U2 a annulé ses deux concerts de Bercy et se recueille aux abords du Bataclan. Le rasoirement fin sourire discernable aux abords de l'organe vocal de Dieu, si je ne m'abuse, est une forme de politesse, mais aussi je le crains pour d'aucuns l'expression d'un avant-goût de plaisir supérieurement sanguinaire au goût carrément islamiste. Quoique non, puisqu'il est chrétien. Dommage.
J'ai bien écrit islamiste et non islamisant, la nuance distinguant le simple état de l'esprit de conquête guerrière, qu'il est somme toute difficile voire impossible de dissocier de l'islam natif, et non radical, tant la mort comme précepte et la peine-de-mort comme sanction restent bien deux de ses plus vigoureux piliers. Qui tue conquiert par défaut : demandez aux femmes assassinées.
J'ai lu quelque part qu'il fallait fraterniser avec ces 5 millions de musulmans. C'EST JUSTE HORS-DE-QUESTION.
Que l'on sache bien pour ceux que ça intéresse que je n'écris pas sur du sable, non seuilement parce qu'on s'en met plein les godasses mais surtout parce que je présenterai sous peu un vidéogramme-interview relatant les travaux d'un chercheur, d'un homme SÉRIEUX, d'ailleurs ami des bêtes puisqu'il fut vingt ans directeur d'une grande clinique vétérinaire, puis commit par la suite les actes culturels les plus sidérants (dont l'Opérette "George Sand Une Dame de Cœur" que j'ai filmée, très mal il faut être honnête, mais nous n'avions rien dans les pattes Mehdi Charef et moi), et dont celui-ci réalisé en 2007/2008 : la lecture comparée de la Bible et du Coran sous l'aspect statistique, et bien évidemment thématique. Y est dénombrée de part et d'autres la récurrence de certains mots. AMOUR et MORT en sont fort judicieusement les STARS, et les stars comme toujours n'ont pas peur : ELLES DÉNONCENT. Et lui et moi dénoncerons avec elle. Il faudra être assis pour appréhender ce coup de poing.

Saloperie de coran.