vendredi 23 octobre 2015

111 # L'ARABE DANS LES PETITS SOULIERS QUE SON DIEU LUI-MÊME A CIRÉS, SINON VERNIS, AVEC LES COPIEUX ET PUANTS GLAVIOTS D'UN MAHOMET DÉFINITIVEMENT SUR LA TOUCHE.

Je suis extrêmement satisfait de constater (de sentir, de percevoir : pour un peu, je pourrais le palper et sculpter dedans lorsque je vous croise), de constater dis-je que la population arabe de mon pays s'est départie, quoiqu'il fallût sèchement l'y encourager, de sa malsaine, lâche, sournoise, extrêmement regrettable bonne humeur ostentatoire d'après-Charlie. C'est heureux et cela rétablit un certain équilibre relatif à l'encombrant et notable cadeau qu'elle apporta dans ses bagages : l'Islam. Mais cette population est-elle prête, comme à terme les Temps vont sans doute lui imposer de le faire, à abandonner son arsenal-de-domination prétendument spirituel pour conserver son enviable statut d'invitée sur notre territoire ? Demain, lorsqu'une une loi tôt ou tard adviendra en vous sommant de tomber TOUS vos voiles antédémocratiques, QUE FEREZ-VOUS ? Je l'avoue bien volontiers : j'ai grand-hâte de le savoir. Mais surtout, si je puis me permettre de vous conseiller, ne vous laissez pas tenter par une action de résistance martyrielle qui pourrait génèrer de notre part un coup-de-colère fort voisin de ceux de la Saint-Barthélemy ou de La Goutte d'Or, parce qu'en toute sincérité nous serions réellement très heureux de pouvoir TOUS vous exécuter: PENSEZ-Y. Et puis sans trop vouloir vous désarmer, vous qui n'avez déjà pas de cervelle, je vous conjure de ne voir là aucun vice, ni mal profond qui pourrait s'apparenter à du racisme : PUR PRAGMATISME que cette démarche. Le cas échéant et si la réplique n'était pas si éculée, je vous la proposerais volontiers avant de passer à l'acte : RIEN DE PERSONNEL.

VANNE JUIVE # Le problème majeur de l'arabe, ce qui le rend en l'état parfaitement infréquentable : il marche à voile et à faire-peur.